Les infos du Benelux qu’il ne fallait pas manquer cette semaine

Ce week-end, on vous propose un récapitulatif des informations du Benelux qu’il ne fallait pas louper cette semaine. On a sélectionné une info par jour, en s’appuyant sur les flashs infos que vous pouvez écouter chaque matin de la semaine sur La French Radio Benelux.

Lundi, on vous parlait des lettres piégées envoyées à des entreprises d’Amsterdam, Rotterdam et Utrecht.

Les lettres contenant des explosifs étaient accompagnées de lettres d’avertissement dont le contenu n’a pas été révélé. La police a diffusé une photo des enveloppes et a invité la population à la plus grande prudence. La piste d’une tentative de racket est privilégiée.

Mardi, on se demandait si une attaque terroriste avait été évitée en Belgique.

Selon une information de la RTBF, confirmée par le parquet fédéral, un homme soupçonné de projeter un attentat a été interpellé à Verviers à la mi-décembre. Des armes blanches, un pistolet d’alarme, des armes factices ainsi que des images de propagande islamiste ont été retrouvés au domicile de cet homme de nationalité syrienne. Par ailleurs, il aurait recherché sur Internet comment préparer des explosifs et entretenait des contacts à l’étranger via une messagerie cryptée. « L’enquête n’a révélé aucune trace de cible précise ou de véritable projet d’attentat. Disons que ses activités étaient pour le moins inquiétantes », a déclaré le porte-parole du parquet fédéral.

Mercredi, on vous parlait d’une grève historique en Belgique.

Les aide-ménagères en ont marre et ont voulu le faire savoir. Les travailleurs du secteur des titres-services ont donc mené un mouvement de grève inédit. Avec un objectif : la revalorisation de leurs salaires de 1,1%, conformément à l’accord interprofessionnel de début 2019. Mais les employeurs leur refusent cette augmentation. Une action est également programmée à Bruxelles ce lundi.

Jeudi, on se demandait si la plus grande énigme judiciaire belge qui remonte aux années 1980 allait être bientôt élucidée.

Des centaines de Belges vont devoir se soumettre dans les semaines à venir à un prélèvement ADN dans le cadre de l’enquête sur les tueries du Brabant. Entre 1982 et 1985, des hommes masqués avaient commis une série de braquages dans des commerces dans le centre de la Belgique. Bilan de ces braquages : 28 morts. Cette vaste opération de prélèvement d’ADN concerne des personnes dont l’identité est apparue à un moment ou à un autre dans le dossier.

Vendredi enfin, on vous parlait de l’ouverture d’une enquête pour assassinat après un décès dans une « secte » à Hastière, dans le sud de la Belgique.

L’affaire remonte à octobre 2011. Une Belge de 39 ans, maman de deux enfants, est décédée dans un cabanon isolé près de la frontière française, dans des circonstances pas très claires. Elle faisait partie de la secte « La Nation Libre », d’où est notamment issu le groupe musical français « Les Brigandes ». Elle souffrait d’un cancer et ne voulait pas se soigner. Selon L’Obs, elle aurait été « étouffée par deux de ses veilleuses » afin d’abréger ses souffrances. En avril 2018, la sœur de la victime a porté plainte. En septembre 2019, le parquet de Namur a ouvert une instruction.