Pour qui n’est pas prévenu, le début d’année peut être très surprenant aux Pays-Bas. En effet ce pays, globalement calme et réputé pour sa cohésion sociale, se transforme littéralement en une pétarade géante et très impressionnante le 31 au soir jusqu’aux petites heures du 1er de l’an….

 

Aux Pays-Bas, la tradition était de faire du bruit à la nouvelle année dans les rues. Cela se faisait par des chants et autour de feux de joie. C’est uniquement durant les années 70 que les feux d’artifices ont fait leur apparition massive. Progressivement, ces pétards ont pris de plus d’importance jusqu’à devenir une industrie de taille. A noter, il s’agit de pétards achetés par les particuliers et manipulés par eux. Ces dernières années alors que cette tradition avait pris des proportions très grandes, plusieurs voix se sont élevées pour la contester.

Tout d’abord il a été indiqué que ces pétards causaient chaque années plusieurs traumatismes physiques avec brûlures, pertes de doigts et graves problèmes oculaires et des urgences souvent surbookées le soir du 31. L’achat de pétards illégaux est souvent mis en cause.

D’autre part certains soulignent aussi les saletés que cela crée dans toutes les villes… Il faut voir le 1er janvier les rues de la capitale recouvertes d’un épais et collant tapis rouge que les services de nettoyage urbains mettront plusieurs jours à éliminer.

Des nuisances différentes sont également soulignées ces dernières années : il s’agit des nuisances sonores et du stress. Souvent, celles-ci commencent dès le début décembre. Les hommes et les femmes en souffrent mais aussi les animaux, notamment les chiens. Nous notons par exemple que 5 chiens accompagnateurs de mal-voyants sont chaque année rendus hors service en raison des pétards. Dans l’opinion publique, le changement quant à l’inoffensivité des pétard a vu le jour en 2000 suite à la catastrophe de Enschede lorsqu’une explosion toucha une usine de pétards causant la mort de 23 personnes et presque 1000 blessés. De cette catastrophe découla une politique plus stricte en matière de pétards en 2002 puis 10 ans après. Beaucoup de médecins, notamment des ophtalmos exigèrent des mesures de prévention plus grandes. Depuis quelques années, les municipalités ont ainsi décidé de créer des zones sans pétards qui sont de plus en plus grandes.

Aux Pays-Bas, les dégâts annuels causés par les pétards se montent chaque année à un montant compris entre 12 et 21 millions.

Officiellement les particuliers peuvent manier leurs pétard le 31 décembre dès 18h jusqu’au 1er janvier 2h Ces pétards doivent répondre aux exigences légales et ne peuvent uniquement être achetés les 3 derniers jours de l’année auprès d’un magasin agréé. Depuis quelques années certaines municipalités ont même décidé d’interdire presque totalement le pétards.

 

En Belgique

Il existe également une grosse tradition de pétards, l’ambiance reste toutefois très bon enfant. Pour rappel le feu d’artifice officiel aura lieu cette année à Atomium. 

 

 

Au Luxembourg

Si les pétards et les fusées sont des traditions, ils ne font plus l’unanimité notamment en raison des nuisances sonores. Ce sont les bourgmestres qui doivent autoriser ou non leur utilisation et, en règle générale, ceux-ci sont interdits. Dans certaines villes (notamment Luxembourg) il est possible d’allumer des pétards sur des terrains privés mais la prudence est de mise.

Quelques villes autorisent les pétards pendant une période très limitée tout en demandant aux habitant de nettoyer les déchets à l’issue des festivités.

 

Alors avec ou sans pétard, la French Radio Benelux vous souhaite une bonne saint Sylvestre !