8 000 Français en Belgique en raison de leur handicap

C’est une chose peu connue en dehors de la Belgique mais plus de 8 000 Français, adultes et enfants, souffrant de handicaps tels que l’autisme ou des polyhandicaps sont installés ou, quand ils sont transfrontaliers, se rendent chaque année dans le Royaume pour y recevoir soins et éducation.

Pourquoi une telle situation ? Car les structures françaises manquent cruellement de place, qu’elles ne sont pas toujours adaptées à des handicaps lourds, qu’en matière éducative pour les mineurs elles proposent des solutions qui ne correspondent pas toujours aux besoin de l’enfant.

Isabelle Resplendino répond à nos questions

Nous avons échangé avec Isabelle Resplendino. Française établie en Belgique depuis de nombreuses années. Mère d’un enfant souffrant d’autisme, elle l’a inscrit en Wallonie dans une école francophone spécialisée. Elle nous explique les différence entre les systèmes en la matière des deux pays et les bienfaits du système belge.

Plusieurs possibilités sont offertes aux mineurs et à leurs parents selon les situations comme nous l’explique Mme Resplendino

Mais alors pourquoi les adultes doivent-ils aussi passer Outre-Quiévrain ? Mme Resplendino est sans ambiguïté sur le sujet, pour elle la France profite des structures belges pour y envoyer les cas considérés comme les plus graves

La France devrait s’inspirer du modèle belge pour Mme Resplendino

Selon elle enfin, la France devrait s’inspirer du modèle belge, plus facile à dire qu’à faire…

Les autorités françaises sont conscientes du problème qui existe depuis longtemps. Espérons qu’elles s’en saisissent. La conférence nationale du handicap du 11 février fut, souhaitons-le, une première étape importante à cet égard.