En France, l’Education Nationale met à disposition des élèves les ressources du Cned (le Centre National d’Enseignement à Distance). La plateforme « Ma classe à la Maison » est déjà utilisée par 2 000 élèves en Asie depuis plusieurs semaines. Et si cela fonctionne, le programme pédagogique pourrait être impacté.

Utilisé de la grande section à la Terminale, l’élève va travailler en plusieurs sections quotidiennes fractionnées. Le deuxième volet comporte une classe virtuelle où un prof fait cours à ses élèves par visioconférence, 3 ou 4h chaque jour. La plateforme pourrait ainsi supporter jusqu’à 15 millions de connexions simultanées, selon l’Education Nationale. En plus de cela, les Espaces Numériques de Travail de chaque établissement est généralisé pour le second degré. Élèves et enseignants s’y échangent cours, exercices et messages. Et si les élèves n’ont pas d’ordinateurs, ils pourront venir récupérer leurs cours, imprimés au sein de l’établissement.

Il est donc conseillé aux parents de provoquer une discussion afin e poser les bases de l’organisation des semaines à venir. Lorsque les parents travaillent, l’enfant devra donc les solliciter le moins possible. Dans un second temps, ne cherchez pas à vous substituer au prof. Mettez en place un coin dédié au temps scolaire, affichez un emploi du temps sur le frigo, et séquencez la journée de l’enfant et la vôtre. Il est également conseiller d’éviter de traîner en pyjama jusqu’à 11h. Le rythme sera donc plus efficace. Ne prévoyez pas plus de 30 minutes par activité, et laisser l’enfant faire des activités autonomes. Enfin, n’oubliez pas d’ajouter les activités manuelles, aux enseignements habituels.