6 millions de personnes meurent du tabagisme chaque année dans le monde

Il est estimé qu’environ 6 millions de personnes meurent du tabagisme chaque année dans le monde. Parmi eux, 5 millions de fumeurs et 600 000 personnes victimes de tabagisme passif. Le fléau, pourtant bien connu, continue de faire des ravages et notamment au Benelux.

Les stratégies de santé publique dans les différents pays sont assez proches, avec interdictions dans de nombreux lieux publics, campagnes de sensibilisation et hausse des prix.

Taux de tabagisme aux Pays-Bas à 24,8% de la population, alors qu’il était de 23,8% au Luxembourg et de 23,1% en Belgique

Dans les faits, il existe des variables selon les pays : l’OMS, organisation mondiale de la santé, estimait en 2015 le taux de tabagisme aux Pays-Bas à 24,8% de la population, alors qu’il était de 23,8% au Luxembourg et de 23,1% en Belgique. Pour information, il était alors de 27,6% en France. Les pays du Benelux sont donc, par rapport à l’Hexagone, de bons élèves.

Les prix aussi varient. Le Luxembourg, pays à la fiscalité avantageuse et de passage, est un haut lieu pour acheter du tabac et faire le plein d’essence. Dans un autre genre, les Pays-Bas, et leurs célèbres coffee shops, voient affluer de nombreux touristes fumer cigarettes et surtout marijuana.

Combien coute un paquet de cigarettes en Europe et au Benelux ? En moyenne 5 € au Luxembourg, 6,60 en Belgique, 7 € aux Pays-Bas, et près de 10 € en France. Des différences de prix gigantesques pour un produit de consommation quotidien et alors que les frontières sont très proches les unes des autres.

Point commun entre les trois pays : ils célèbrent tous la journée sans tabac, le 31 mai, qui a été instaurée par l’OMS.

Autre aspect : tous disposent de dispositifs nationaux anti-tabac. Cela vise à interdire où au minimum restreindre dans des espaces clos les pratiques des fumeurs afin non seulement de les inciter à moins fumer mais aussi à ne pas provoquer de tabagisme passif. L’Europe, jusqu’au début des années 2000, autorisait dans une large mesure le fait de fumer dans des espaces comme les restaurants, les bars et les open spaces d’entreprise. Cette pratique existe encore dans certains pays d’Europe centrale et orientale mais elle est totalement tabou en Europe de l’Ouest. Ainsi aux Pays-Bas, il est depuis 2008 interdit de fumer dans les cafés, restaurants et autres pubs, les bars de moins de 70 m2, dont le gérant est le seul travailleur, ont eu le droit d’avoir un espace fermé destiné aux fumeurs, désigné comme tel et moins attractif que le reste du café. C’est désormais prohibé. De tels espaces existent en revanche dans certains bars en Belgique et également au Luxembourg. Il existe aussi en Belgique et au Grand-Duché une certaine tolérance pour les bars et cafés qui officiellement ferment et passent en soirée « privée » pendant laquelle il est toujours possible de fumer.

Une différence de situations donc, à l’image de la grande variété de législations au niveau européen. Le droit européen n’est pas compétent en la matière, chaque état impose ses règles. Les pressions locales, des tenanciers de cafés, des fabricants de cigarette, des usagers du tabac et à l’inverse des adversaires de la cigarette dans les espaces publics jouent beaucoup.

Se dirige-t-on vers une uniformisation de la législation européenne en matière de tabac ? Sans doute pas. Les résidents du Benelux ont-ils pleinement pris conscience des dangers de la consommation de ce produit ? Sans l’ombre d’un doute. Un premier pas dont il est déjà nécessaire de se réjouir.