Le groupe Facebook « Non-résidents contribuables en France: alerte sur une catastrophe annoncée! » 

La réunion a donc été lancée après l’interview.. Tout d’abord, revenons sur ce groupe Facebook les « Non-résidents contribuables en France: alerte sur une catastrophe annoncée! » 

C’est en moins de 10 mois plus de 2000 personnes inscrites, des dizaines de posts et de commentaires par jour et un évènement à Mouscron à la frontière belgo-française réunissant 400 personnes au pied levé.

En effet, l’invitation a été émise que samedi dernier après qu’une délégation fut reçue le 01 février à Tourcoing par M. le Ministre délégué aux comptes publics, M. Darmanin.

Loin des caricatures, ce groupe doit son succès à la simplicité de l’équipe qui le mène depuis le début.

De simples citoyens qui se sont alertés, munis de leurs calculatrices et de leur….Smartphones !

Vont il réussir là où les mouvements politiques classiques ont échoués sur cette réforme si délicate ?

C’est la question qu’ils se posent.. En effet, tous au long des débats, alors que ces bénévoles ont acquis une technicité d’expert (souvent aidé par un bon bagage universitaire), ils ont souligné la non connaissance des députés en charge du dossier et en particulier celui de notre zone, qui est pleinement concernée avec les milliers de kilomètres de frontières entre la France et le Benelux comme le Luxembourg et donc d’opportunités de travailler ou de vivre d’un côté ou de l’autre .

Mais la politique n’est jamais loin.. D’autant plus que la campagne consulaire s’amorce, les candidats se sont donc bousculés au portillon..

La gauche, surement embarrassée de prendre part au combat pour moins d’impôts, était absente.

Mais on put croiser Anthony Bisch pour les Républicains, Fabien Ferasson de Quental pour la liste citoyenne « Les Français de Belgique » (Ndlr : Il est aussi directeur de publication du site Lesfrancais.press et du réseau French Radio).

Plus étonnant, Thierry Masson, représentant de La République en Marche était aussi de la partie.. Une présence assumée puisque le représentant de la majorité invite sur sa page Facebook à signer une pétition contre la loi votée par les députés, celui des Français du Benelux inclus.

La réunion se termina en toute fin de soirée, clôturée prématurément, car tout le monde devait travailler ce matin..