La place des femmes dans les positions de pouvoir

Lundi 17 février s’est déroulée une conférence à Uccle en région bruxelloise, organisée par un collectif de femmes libérales en Belgique sur le thème des femmes inspirantes. Deux invitées : l’ambassadrice de Cuba auprès du Royaume de Belgique et du Grand-Duché du Luxembourg et l’ambassadrice de France auprès de la Belgique Hélène Farnaud-Defromont.

Des thématiques importantes abordées : la place des femmes dans les positions de pouvoir, que ce soit diplomatique, politique ou dans le monde des affaires, leurs spécificités parfois, les inégalités en ce domaine qui persistent encore.

Clémentine Barzin, le professeurJacques Brotchi, Boris Dilliès, etc.

Clémentine Barzin, élue politique en Belgique et organisatrice de cette rencontre nous a indiqué les raisons de l’invitation de notre ambassadrice, sa rencontre avec l’ambassadrice, l’engagement de cette dernière et les liens avec la problématique.

Le Président honoraire du Sénat de Belgique, le professeur Jacques Brotchi, était également présent et a tenu à nous parler de la place des femmes dans les milieux politiques en Belgique. Il estime qu’elles ne sont pas assez représentées même si il se félicite du fait que le Premier Ministre de Belgique actuel est une femme.

 

La conférence a permis de mettre en avant plusieurs éléments interpellants : parmi ceux-ci un chiffre : seulement 25% des ambassadeurs de France dans le monde sont des femmes. Le chiffre est cependant en constante augmentation, elles n’étaient que 12% il y a encore quelques années.

 

Françoise, une Uccloise, nous a indiqué les raisons de sa présence, et elles sont liées en particulier à la France. Uccle est une commune qui compte de très nombreux Français et les habitants se sentent proches de notre pays.

Une conférence qui a aussi intéressé des hommes. C’est le cas par exemple de Bachir, impliqué dans le monde politique et qui regrette que les femmes n’y soient pas assez présentes. Militant libéral en région bruxelloise il se félicite, lui aussi, du fait que Mme Wilmès est à la tête du gouvernement.

 

Une conférence qui a ramené du monde et notamment le premier édile de la commune. Boris Dilliès, maire d’Uccle et citoyen franco-belge, qui nous rappelle une chose simple, le chemin est besogneux et il est encore long

 Réduction des inégalités

Ainsi donc hommes et femmes présents étaient d’accord sur plusieurs choses : la situation a tendance à s’améliorer et les inégalités à se réduire mais le chemin est encore long avant d’espérer arriver à ces niveaux de pouvoir à une vraie égalité.