Ce 17 mars 2020 à midi, un verrouillage strict est entré en vigueur en France pour arrêter la propagation du Covid-19. Toutes les sorties, sauf les sorties essentielles, sont interdites afin d’enrayer la propagation du coronavirus. Les Français, pour se déplacer, doivent désormais se munir d’une Attestation de déplacement dérogatoire .

Ceux qui se trouvent actuellement dans d’autres pays hors de l’UE pourront être rapatriés. Le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a demandé aux expatriés de rester dans leur pays de résidence et de ne pas faire de déplacements internationaux pendant 30 jours. Les Français du Benelux, n’ont donc pas d’autre choix que de rester cependant vous pouvez si vous le désirer retrouver votre famille ou vous faire soigner en France. 

Les travailleurs transfrontaliers 

La principale exception ce sont les travailleurs transfrontaliers, dans tous les pays des dérogations existes pour ceux dont le télétravail n’a pas pu être mis en place. En Belgique réside plusieurs centaines d’employés des hôpitaux de Roubaix ou de Lille. L’employeur français a du vous remettre une attestation à joindre à la vôtre pour traverser la frontière. Elle sont à renouveler tous les jours. 

Rentrer en France

En France, une attestation est indispensable pour justifier ses déplacements autour de son domicile, excluant de fait ceux qui ne résident pas en France. Les travailleurs transfrontaliers qui ne peuvent faire de télétravail devront donc en obtenir une pour pouvoir passer Outre-Quiévrain.

Par la Belgique 

La frontière franco-belge reste ouverte, contrairement à celles de l’espace Schengen, mais les passages – qui devront être rares puisqu’interdits – seront filtrés. En effet, dans les deux pays, « tout déplacement au-delà de la frontière est interdit, sauf s’il est essentiel et justifié (travail, soin, rejoindre sa famille en confinement) », rappelle l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai.

Par le Luxembourg 

Le Luxembourg et la France assurent que le passage à la frontière est réservé exclusivement aux travailleurs frontaliers en pleine épidémie de coronavirus. Vous ne pourrez pas donc rejoindre la France par les points frontières du Luxembourg. 

Entre les États du Benelux

Le maire de Knokke à la frontière belgo-néerlandaise le dit clairement : « Si vous vous rendez aux Pays-Bas, vous risquez de ramener le virus de nouveau en Belgique », a-t-il dit, ajoutant « on ne s’en sortira jamais sinon ». En effet, deux stratégies s’opposent, celle de l’immunité de groupe et celle du confinement. Pour des raisons sanitaires, il est donc vraiment recommandé de respecter les mesures prises dans chaque pays.

Cependant aucune mesure restrictive n’a été prise du côté néerlandais. Par contre du coté belge et luxembourgeois, les résidents ne sont pas autorisés à voyager sauf pour rentrer en France, dans le cas des nationaux français, et donc, en conformité avec l’État d’Urgence Sanitaire, uniquement pour rejoindre sa famille en confinement ou aller à l’hôpital. Les voyages aux Pays-Bas sont donc pas essence compliqués. 

Si vous devez vous y rendre impérativement vous devrez justifier d’un emploi, d’une mission ou d’un membre de votre famille présent sur le territoire. 

Et L’Allemagne.. Par le Luxembourg avec un certificat de travail ou pour rentrer en France ! 

Pour tenter d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus, Berlin a décidé d’effectuer depuis le lundi 16 mars des contrôles à ses frontières terrestres avec l’Autriche, la France, le Luxembourg, le Danemark et la Suisse. Les voyages aériens et ferroviaires ne sont pour le moment pas concernés, même si leur activité connaît un net ralentissement. Ne sont autorisés à passer que les travailleurs transfrontaliers (certificat à présenter), les marchandises mais aussi les personnes rentrant dans leur pays d’origine en voiture et obligés de traverser l’Allemagne. Les camions, eux, passent automatiquement sans être contrôlés